Auto-entrepreneur : le piège des charges !

Publié le par if

La simplicité du statut d'auto-entrepreneur est séduisante au premier abord.
Après réflexion (voir les articles précédents), l'aspect micro-fiscal est déjà moins clair, mais reste plus avantageux que les autres statuts...
SAUF si l'on a une activité avec des charges importantes :
L'imposition est en effet proportionnelle au chiffre d'affaire (CA), et non pas au bénéfice, et les charges ne sont pas déductibles, contrairement à ce qui se passerait en étant "au réel".

Pour ce qui est de la partie forfaitaire, l'impôt est donc, dans le cas commercial qui est sans doute le plus exposé aux charges, de 1% du chiffre d'affaire. Mais, comme nous l'avons calculé, l'impôt réel, obtenu si l'on y ajoute l'augmentation de tranche sur les autres revenus, peut en fait varier de 1 à 5,2% du CA. On pourrait regarder ce taux d'imposition comme une imposition normale APRES un abattement forfaitaire correspondant aux charges qui irait de 90 % à 83 %.

A titre de comparaison, dans le cas d'un statut de micro-BIC, l'abattement est de 71%, ce qui confirme l'intérêt du statut micro-fiscal par rapport au micro-BIC.

Par contre, si vos charges sont supérieures à 80 % de votre chiffre d'affaire, il peut être nécessaire d'affiner le calcul pour décider si vous n'avez pas plutôt avantage à opter pour un régime "au réel" avec déduction complète des charges (mais il faudra tenir compte des frais de comptabilité, etc...).
Bien entendu, dans les charges, il faut compter les charges sociales. Dans le cas de l'auto-entreprise commerciale, elles sont de 12 %...
Si vos charges (y compris sociales) sont supérieures à 90% de votre CA, il est à peu près certain que le statut micro-fiscal ne vous sera pas avantageux. Mais à ce taux là, votre activité commerciale vaut-elle bien le coup ?...

Publié dans Auto-entrepreneur

Commenter cet article

nath 27/01/2009 09:30

j'avoue que tout çà c'est du chinois pour moi alors qui vivra verra!!!! bonne journée à toi et merci pour les infos!!!