Charges et marge d'un e-commerce auto-entrepreneur débutant

Publié le par if

Histoire de fixer les idées : combien va rapporter réellement une petite boutique en ligne débutante ?
On a vu dans des articles précédents que le chiffre d'affaire la première année serait en moyenne de l'ordre de 5000 €.
Mais cela représente combien de bénéfice ?

Nous allons prendre un cas de figure simple et classique :
* L'e-vendeur est au régime d'auto-entrepreneur
* La mise en place de la boutique et la gestion ne coutent rien (logiciel libre et e-vendeur informaticien ou bien épaulé)
* Les paiements passent par PayPal

1) Charges et Frais proportionnels au CA (Chiffre d'affaire) :
* L'activité étant commerciale, les charges sociales sont au taux de 12 % du CA.
* Si l'e-vendeur a peu de revenus par ailleurs et un chiffre d'affaire faible, le taux d'imposition est de 1 % du CA : cas n°1.
   Si il a un revenu imposable de plus de 25 000 euros par part, il ne pourra pas adopter le régime micro-fiscal (voir articles précédents !) et son taux d'imposition pourra être de 9 % ou plus : cas n°2.
* Les frais Pay-Pal sont de 3,4 % du CA (+ 0,25 € par vente, que nous négligerons).
Soit, au total, un taux de 16,4 % du CA dans le premier cas et de 24,4 % dans l'autre.

2) Autres charges :
Les frais d'expédition (+emballage) peuvent être estimés à 10 € par vente (un colissimo pour moins de 500 grammes avec recommandé et assurance jusqu'à 200 € coûte : 8,5 €).
Les charges d'activité (téléphone, locaux, etc...) seront estimées à 0 € pour un e-vendeur exercant depuis son domicile avec un abonnement internet-telephone personnel...

Nous allons raisonner sur un prix de vente par pièce : PV,
avec un prix d'achat de l'objet revendu ou des matèriaux servant à le constituer : PA,
et donc une marge, ou plus exactement un taux de marque M=100x(PV - PA) / PV,
et un bénéfice net : B = PV - PA - Charges et frais.
La TVA n'intervient pas en auto-entrepreneur : on ne l'applique pas et on ne la récupère pas...

On obtient ainsi :
Prix de Vente Prix d'Achat Taux de marque Bénéfice cas n°1 Bénéfice cas n°2
30 € 0 € 100 % 15 € 13 €
  10€ 67 % 5 € 3 €
  20 € 33 % -5 € -7 €
100 € 0 € 100 % 74 € 66 €
  10 € 90 % 64 € 56 €
  50 € 50 % 24 € 16 €
  70 € 30 % 4 € -4 €
400 € 0 € 100 % 324 € 292 €
  40 € 90 % 284 € 252 €
  100 € 75 % 224 € 192 €
  200 € 50 % 124 € 92 €
  280 € 30 % 44 € 12 €

Conclusions : Un taux de marque de 30 % (soit une marge de 43%) est insuffisante.
          Pour une première année d'activité, nous avons estimé en moyenne l'activité à 50 ventes pour un chiffre d'affaire de 5000 €. Cela correspond donc, avec un taux de marque de 50 % (soit une marge de 100%), à entre 800€ et 1200 € de bénéfice....

Publié dans e-commerce

Commenter cet article

lolo 09/04/2009 18:32

savez vous si l'entreprise peut demarrer en statut auto entrepreneur et qu'elle peut etre modifier en court de chiffre d'affaire important , quel est celui maxi par an pour la 1er

AtPaul 07/04/2009 21:55

Merci pour l'info.
Concernant vos chiffres cela revient à dire qu'ecommercant auto-entrepreneur plafonnera à plus au moins 1000 € de salaire net par mois si on suit l'exemple en fin d'article [(800x80 000)/5000]/12 mois . Le "80 000" étant bien sur le plafond (auto-entrepreneur --> commerce). Ce qui revient donc finallement à dire qu'il ne serait pas possible de vivre "décemment" (je veux dire à la vue du travail accompli en temps que chef d'entreprise) sous le statut d'auto-entrepreneur. D'ou ma question ouverte: Savez-vous comment se fait la bascule auto-entrepreneur/Entreprise classique ? Je veux dire en terme de charges etc... La question mérite d'être posée car si l'on en croit les chiffres, une eboutique qui démarre bien peut atteindre 80 000 € de CA annuel au bout de 2 ans non ?
A +

if 07/04/2009 23:17


Le calcul est juste mais pas obligatoirement la conclusion, puisque nous serions ici dans le cas d'un AE qui aurait par ailleurs un revenu imposable par part de plus de 25 000 € (en plus donc de
ses revenus d'AE). Il devrait donc vivre décemment. D'autre part, cela démontre encore une fois que quitte à se lancer, autant chercher pour cela un créneau avec une marge de plus de 100 % !
Quand à la question ouverte : elle est excellente, merci de l'avoir posée ;-) Blague à part, je vais effectivement me pencher sur la question et publier un billet prochainement, j'espère, pour y
répondre...


AtPaul 06/04/2009 23:05

Très intéressantes ces informations. Enfin quelqu'un qui ose poser quelques chiffres! Il est souvent difficile d'avancer des chiffres, mais à partir du moment ou l'on parle de "moyenne" çà permet de se faire une "idée", comme on dit... J'en profite pour vous demander si vous auriez des chiffres relatifs au secteur du jouet ? Panier moyen, secteur bouché ou pas, marge etc...

if 07/04/2009 07:25


Merci,
Pour ce qui est du secteur du jouet, je n'ai pas pu trouver grand chose à part un commentaire d'un billet d'Olivier Lévy sur son blog, je cite : "Les jouets pour enfants. Comptez jusqu’à 80% pour celui qui se fournit
directement en Chine”... donc impossible… sauf pour King-jouet… le jouet c’est encore pire que l’informatique… se battre contre carrefour qui prend O (oui oui zéro) marge sur les produits phares
par exemple…". Je ne sais pas si cela pourra vous aider... ou vous décourager !


françoise 03/03/2009 16:03

merci pour la réponse.
Donc vu que je ne vendrai que le résultat de mon travail (création, confection), ça serait
artisan plutôt que commerçant.
merci pour ce partage.

françoise 02/03/2009 18:09

bonsoir,
j'ai un projet d'auto-entrepreneur basé sur la couture. je fabrique des vêtements avec ma machine à coudre (spécialité grandes tailles femme) et je les revends sur internet, et si ça ne marche pas, sur les marchés.
Dans quelle catégorie vais-je rentrer : commerce, artisan ou travailleur indépendant ?
Merci de me répondre, et merci pour votre blog qui m'aide beaucoup.
Amicalement
françoise

if 03/03/2009 08:04


Bonjour,
Un auto-entrepreneur ne peut qu'être un travailleur indépendant.
Votre problème est donc de choisir, au moment de l'inscription, entre artisant ou commerçant... Sachant que votre activité, telle que vous la décrivez, correspond de toutes façons à une activité
commerciale. Ceci étant posé, le choix entre artisan et commerçant est purement administratif, puisque les taux de prélèvement sociaux et fiscaux seront les mêmes (respectivement 12% et 1%).
Le décret du 1er mars 1962 considère comme artisan celui qui vend essentiellement des produits (ou des services) issus de son travail. La distinction artisan/commerçant est parfois difficile à
faire notamment lorsqu'il vend également des produits qu'il ne fabrique pas. Dans ce cas l'artisan acquière également le statut de commerçant....
Si vous avez encore un doute, la Chambre des Métiers devrait pouvoir vous renseigner.