Qui sont les auto-entrepreneurs ?

Publié le par if

Selon une étude de l'Acoss, sur les 120.000 auto-entrepreneurs inscrits au cours du premier trimestre : 

 

70 % sont des hommes.

Où sont les femmes ? Ont aurait pourtant pu penser qu'étant trés actives dans les petits commerces et les services à la personnes, elles se précipiteraient sur le statut, alors qu'elles sont en proportion moindre chez les AE que parmi les créatrices d'entreprises traditionelles !


Agés en moyenne de 40 ans.

Où sont les jeunes ? L'AE est pourtant un statut idéal pour se lancer ? Et ce ne sont tout de même pas les 8 % d'AE qui sont retraités qui font à ce point grimper l'âge moyen, puisque seulement 21 % ont moins de 30 ans (moins que parmi les créateurs traditionels !).

5,5 % d'entre eux viennent de Paris, 5 % sont marseillais, 3,8 % niçois et 2,6 % toulonnais...

Au moins, le message est bien passé dans les petites villes et en zones rurales...

31,20 % sont des sans-emploi, et 36,7 % sont salariés.

On souhaite un très bon vent aux premiers et un meilleur pouvoir d'achat aux seconds... Mais qui sont le troisième tiers, à part les 8 % de retraités, et les professions libérales (qui ne peuvent s'inscrire que depuis une date plus récente) ?


70 % relèvent des activités de service non artisanales et de commerce. 

Les cinq premiers secteurs d'activité sont :

1) le "conseil pour les affaires et autres conseil de gestion"

Je suis étonné de voir ces activités en première ligne ! Je les pensais mieux installés et pas en si grand nombre... surtout dans les temps que nous vivons !

2) les "autres services personnels" (coiffeurs, masseurs, médium…)

Services traditionnellement plutôt féminins...

3) les "autres commerces de détail sur éventaires et marchés" (marchands ambulants, brocanteurs…)

Voir le e-commerce, ci-dessous...

4) la "programmation informatique"

Là il y avait clairement un manque pour tous les développeur de sites et autres graphistes sur ordinateur. La bataille fait néanmoins encore rage pour réussir à classer ces activités...

5) la "vente à distance sur catalogue spécialisé"

Le e-commerce était l'une des activités les plus mises en avant au moment de la création du statut. Ce besoin là, au moins, avait été bien identifié... Nous en reparlerons...

 

Enfin, selon l'Assemblée permanente des chambres de métier (APCM) : 6 412 artisans se sont déclarés autoentrepreneurs en février, au lieu de s'inscrire dans les chambres de métier. L'APCM réclame donc que ce statut soit limité dans le temps....
Le problème de la concurence déloyale en est bien un, et il devra être réglé... Mais les Chambres des Métiers ne devraient-elles pas aussi remettre leurs fonctions et fonctionnement en question ?

 

Publié dans Auto-entrepreneur

Commenter cet article